ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

NOETHER (Nöther) Amalie Emmy, allemande, 1882-1935

Emmy est la fille du mathématicien Max Noether. A 18 ans, titulaire de l'équivalent du baccalauréat, elle ne put s'inscrire en 1900 à l'université réservée aux hommes !

Grâce à son père, elle put néanmoins suivre les cours  de mathématiques, en auditrice libre, des célèbres universités d'Erlangen (sa ville natale en Bavière) et de Göttingen où elle rencontra Klein, Minkowski et Hilbert.

En 1903, l'accès aux universités est accordée aux femmes, elle s'inscrit à Erlangen et soutiendra une thèse de doctorat (1908) sur un sujet cher à Hilbert, la théorie des invariants, dirigée par un ami de Klein, Paul Albert Gordan, spécialiste du sujet.

La notion d'invariant :

Encouragée par Hilbert, Emmy Noether travailla et professa à l'université de Marburg. En 1933, il lui est retiré le droit d'enseigner à Göttingen. Elle dut quitter l'Allemagne pour les États-Unis lors de l'arrivée des nazis au pouvoir.

Emmy Noether est, avec Artin, et van der Waerden qui travailla avec elle, une des grandes figures de l'École mathématique allemande du début du 20è siècle.

L'algèbre "moderne" :

On dit souvent que tel ou tel mathématicien est le père de ceci ou cela, en terme de paternité d'une notion ou d'une théorie; Emmy Noether doit alors être considérée la mère de l'algèbre moderne :  structures d'anneaux, théorie des idéaux (1921), algèbre non commutative.

En introduisant les structures algébriques dans la théorie naissante de la topologie, Emmy Noether est aussi à l'origine (1925) de la topologie algébrique (on parlait alors de topologie combinatoire) que développera le mathématicien suisse d'origine allemande Heinz Hopf dans les années 1930/1940.

Anneau noethérien :     

On nomme ainsi de nos jours un anneau unitaire dont tout idéal à droite (ou à gauche) admet une partie génératrice finie.

Structures algébriques :             Anneaux et les idéaux :             Notion de topologie algébrique :

 Pour en savoir plus :


Moore Robert Lee  Sierpinski
© Serge Mehl - www.chronomath.com