ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

DUBREIL Paul, français, 1904-1994

Après des études secondaires au Mans où son père était professeur de mathématiques, Paul Dubreil entre en "Prépa" à Paris au lycée Saint-Louis. Il opte ensuite pour l'École normale supérieure (ENS) et poursuivra ses études de mathématiques à la Sorbonne.

Nommé maître de conférences à l'ENS (1927), Dubreil y prépare sa thèse de doctorat portant sur la géométrie algébrique. En 1929, il obtient une bourse d'études de la Fondation Rockefeller et se rend à Hambourg où Artin sera son professeur. L'année suivante, à Paris, Dubreil soutiendra sa thèse. Il épousa cette année-là Marie-Louise Jacotin.

La Fondation Rockefeller fut créée en 1913 par le célèbre milliardaire John D. Rockefeller (1839-1937) dont la fortune naquit des immenses ressources pétrolières des États-Unis au début du 20è siècle : on lui doit la Standard Oil (Esso) et Exxon Mobil. L'objectif de la fondation, toujours active, est caritatif et finance un grand nombre de projets et de bourses d'études dans le domaine scientifique et industriel.

Dubreil poursuivra ses travaux en Allemagne (Hambourg, Göttingen, Francfort) où il rencontrera van der Waerden et  Emmy Noether qui aura une grande influence pour ses travaux futurs.

Un séjour en Italie lui fait rencontrer le gotha de la géométrie algébrique en Europe (Castelnuovo, Enriques). Les années de guerre le séparent de sa femme (lui à Nancy, elle à Rennes puis Poitiers). En 1946, Dubreil est nommé à la faculté des sciences de Paris (Sorbonne). Avec la collaboration d'Albert Châtelet, il crée (1947) un séminaire d'Algèbre et de théorie des nombres qui deviendra le séminaire Dubreil-Pisot (1956).

Charles Pisot

Les travaux de cet éminent algébriste portèrent sur les structures algébriques, les variétés algébriques et, tout particulièrement, sur la théorie des demi-groupes (Contribution à la théorie des demi-groupes, 1941) qu'avaient précédemment abordée Jean-Armand de Séguier (1862-1935) dans son traité Théorie des groupes finis; Éléments de la théorie des groupes abstraits (1904), lequel parla de semi-groupes :

Groupes :               Demi-groupe, semi groupe :                    Groupes libres :

  Jean-Armand de Séguier (1862-1935) : peu d'informations sur cet abbé mathématicien algébriste français, docteur ès sciences (Faculté des sciences de Paris, 1894).  Dubreil y fait allusion en réf. 5 ci-dessous. De nombreux articles sont cependant numérisés sur le site Numdam (réf. 8). Voir aussi réf. 9.

Pour en savoir plus :

  1. Source biographique : The MacTutor History of Mathematics, avec l'aimable autorisation des auteurs J.J. O'Connor & E. F. Robertson professeurs à l'université de St Andrews.
  2. Souvenirs d'un boursier Rockefeller par Paul Dubreil | L'algèbre en France de 1900 à 1935 par Paul Dubreil
  3. Apparition et premiers développement de la théorie des demi-groupes en France par Paul Dubreil
  4. Séminaire Dubreil : Algèbre & théorie des nombres : http://www.numdam.org/numdam-bin/feuilleter?j=SD

  5. L'algèbre en France de 1900 à 1935, par Paul Dubreil sur le site Numdam :
    http://archive.numdam.org/ARCHIVE/CSHM/CSHM_1982__3_/CSHM_1982__3__69_0/CSHM_1982__3__69_0.pdf

  6. Autres articles de Dubreil sur le site Numdam : http://www.numdam.org/numdam-bin/recherche?au=Dubreil&format=short
  7. Leçons d'algèbre moderne, par Paul Dubreil et Marie-Louise Dubreil-Jacotin - Éd. Dunod, Paris -1961
  8. Articles de J.-A. de Séguier sur le site Numdam :
    http://numdam.mathdoc.fr/numdam-bin/recherche?h=aur&aur=Séguier,+J.+A.+de&format=short
  9. Éléments de la théorie des groupes abstraits de J.-A. de Séguier en ligne sur la Cornell Library :
    http://historical.library.cornell.edu/cgi-bin/cul.math/docviewer?did=Segu023&seq=9&frames=0&view=50


Cartan Henri Paul  Hurewicz
© Serge Mehl - www.chronomath.com