ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges
 

TATE John Torrence, américain, 1925-

  Éléments biographiques et portrait : site officiel du prix Abel ( réf. 1)

Natif de Minneapolis (Minnesota, USA), fils d'un professeur de physique, John Tate a 16 ans lorsque les japonais bombarde Pearl Harbour (1941). Engagé volontaire dans la Marine l'année suivante il poursuit tant bien que mal des études supérieures de sciences physiques à Harvard jusqu'en 1945. Il rejoint alors l'université de Princeton où enseigne Emil Artin, éminent algébriste arithméticien allemand réfugié aux États-Unis en 1937.

Ce dernier va orienter sa carrière : John, qui s'intéressait à la théorie des nombres depuis son adolescence à travers des livres de Bell et de Dickson, décide de poursuivre des études mathématiques. Artin sera son directeur de thèse (1950) portant sur l'usage de l'analyse harmonique de Fourier en théorie des nombres (Fourier analysis in number fields and Hecke's Zeta functions, réf.3).

  Erich Hecke (1887-1947) : mathématicien allemand qui étudia à Göttingen sous la houlette de David Hilbert. Sa thèse porta sur les fonctions modulaires et leurs applications en théorie des nombres. Il s'intéressa à l'hypothèse de Riemann généralisée prolongeant des travaux de Dirichlet sur les  fonctions L et de Dedekind sur les fonctions zeta ( réf.3).

Assistant à Princeton puis à l'université Columbia de New York, John Tate obtient un poste de professeur à l'université de Harvard qu'il conservera jusqu'en 1990, année où lui est proposé une chaire à l'université d'Austin (Texas).

Ses travaux portèrent sur la théorie algébrique des nombres, théorie du corps de classes en particulier (initiée par Artin) et ses ramifications avec la géométrie algébrique au sujet de laquelle il échangea fructueusement en cohomologie avec ses pairs dont Jean-Pierre Serre et William Hodge. En 1961, à la frontière de l'arithmétique et de la géométrie algébrique, on lui doit le nouveau concept d'espace rigide dont Serre appréciera tout l'intérêt ( réf.3&4).

John Tate reçut de nombreux honneurs en reconnaissance de ses travaux. Membre de l'Académie nationale des sciences des États-Unis (1969), il est également membre à titre étranger de l'Académie française des Sciences et de la Société mathématique de Londres. Il reçut le prix Cole de l'AMS en 1956, le prix Steele 1995, le prix Wolf 2003 et le prix Abel 2010 "pour son vaste et durable impact en théorie des nombres".

  Chevalley , Deligne , Serre , Hodge

 Pour en savoir plus :

  1. Éléments biographiques sur le site du prix Abel : http://www.abelprize.no/c53858/seksjon/vis.html?tid=53867&strukt_tid=53858
  2. Interview de John Tate suite à réception sur le site de l'AMS : http://www.ams.org/notices/201103/rtx110300444p.pdf
  3. Les débuts des fonctions L dans le monde automorphe (fonctions L d'Artin et de Hecke, caractères de Hecke, la thèse de Tate, la théorie du corps de classes abélien), un exposé de Marc Reversat, univ. Toulouse : http://www.math.univ-toulouse.fr/~reversat/FonctionsL.pdf
  4. Une mini introduction à la géométrie analytique rigide, par Qing Liu (univ. Bordeaux) : ../pdf/geo_rigide_Qing-Liu.pdf
  5. Éléments de géométrie rigide, par Ahmed Abbes (IHES) sur Google Livres (accès partiel) : https://books.google.fr/books?id=a3hJayZKs3oC


Roth  Berge
© Serge Mehl - www.chronomath.com