ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

WIENER Norbert, américain, 1894-1964

  Source biographique :  Dictionnaire Larousse de biographies  & CDSB. Portrait : MFO

Après des études éclectiques à Harvard entre philosophie et mathématiques, Wiener s'intéresse à la logique mathématique. Il continue ses études en Europe où il étudie auprès de Russell en Angleterre et de Hilbert à Göttingen mais doit rentrer aux Etats-Unis suite à la première guerre mondiale qui éclate le 28 juillet 1914.

Ultérieurement, il reviendra souvent en Europe où il rencontrera les plus illustres mathématiciens du "vieux" continent (Fréchet, Lévy, Hardy,...).

Dès lors, Wiener se consacre aux mathématiques et plus particulièrement à la physique mathématique. Ses recherches et travaux au MIT (Massachusetts Institue of Technology), où il enseigna tout au long de sa carrière (dès 1919) portèrent sur l'analyse fonctionnelle et harmonique (généralisation de la transformation de Fourier), qu'il appliquera aux phénomènes physiques (mouvement brownien en particulier).

La seconde guerre mondiale et les techniques tant de commandement que de communications le conduisent à ce qu'il appela la cybernétique en 1947. Son livre Cybernetics, or control and Communication in the Animal and the Machines, paru à Paris en 1948, expose la théorie du contrôle et de la communication, s'appliquant tant au biologique qu'au technique et ayant pour objet l'étude des processus de commande et d'autorégulation des systèmes biologiques ou mécaniques. On peut considérer que l'informatique, les systèmes automatisés, la robotique sont des branches de la cybernétique.

cybernétique est emprunté au grec kubernan signifiant piloter, diriger; kubernêtikê = art ou science de piloter, gouverner. De nos jours on parle de cybercafé, de cybernaute, de cyberespace, etc. : le préfixe cyber évoque aujourd'hui ce qui est automatique, informatisé, robotisé...

Les premiers ordinateurs :                   Théorie du signal et théorie de l'information :

Le 1er congrès international de Cybernétique eut lieu à Paris en 1951. En France, en écho aux travaux de Wiener, la cybernétique doit ses premiers développements à Louis Couffignal. En Russie,

  Tukey & Shannon , Von Neumann , Schützenberger , A. A. Lyapunov           Claude Berge et la recherche opérationnelle :

Ses travaux le conduisent à l'analyse de Fourier (analyse harmonique). On doit à Wiener, avec Banach, la définition d'un espace vectoriel normé dans le cadre fonctionnel (où les vecteurs sont des fonctions).

Algèbres de Wiener :    

Rappel :  

On appelle algèbre de Wiener, une algèbre de Banach dont les éléments sont des fonctions définies par des séries de Fourier absolument convergentes.


 Pour en savoir plus :

  1. Cybernétique et société, par Norbert Wiener (1948), traduit en français : Ed. des deux rives (1952)

  2. La cybernétique, par Louis Couffignal, Que Sais-je n°638, Ed. P.U.F., Paris - 1963

  3. La cybernétique, théorie du signal et de l'information, par une équipe de physiciens et mathématiciens
    sous la direction de Louis de Broglie. Éd. de la Revue d'Optique théorique et instrumentale, Paris - 1951

  4. Cybernétique, la science des systèmes : http://www.syti.net/Cybernetics.html et d'autres liens
    (sur cette page très intéressante, on peut seulement regretter la présence d'un arrière plan noir peu incompatible avec la couleur bleue du texte : très fatigant à lire...).

  5. Algèbres de Banach et algèbres de Wiener par Isabelle Chalendar (univ. Lyon 1) :
    http://math.univ-lyon1.fr/~chalenda/chap-alg-banach.pdf


Souslin M. Y.  Aitken
© Serge Mehl - www.chronomath.com