ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

APPELL Paul Émile, français, 1855-1930

Sources biographiques : CDSB & Larousse du XXè siècle, 1932. Portrait : Larousse du XXè siècle.

Né à Strasbourg, Appell fit ses études secondaires en cette ville et à Nancy. En 1871, l'Alsace est annexée à l'Allemagne par le traité de Francfort. Appell choisit la nationalité française l'année suivante. Ancien élève de l'École normale supérieure, premier de sa promotion (1876), il soutient la même année sa thèse de doctorat portant, en géométrie projective, Sur les propriétés des cubiques gauches et le mouvement hélicoïdal d'un corps solide.

Appell fut un ami de Borel (qui épousa une de ses filles) et de Poincaré qui fut un de ses compagnons d'études à Nancy. Tout d'abord Maître de conférences à l'ENS, puis professeur à la faculté des sciences de Dijon, Appell enseignera la Mécanique rationnelle à la faculté des sciences de Paris-Sorbonne (1885) jusqu'à sa nomination comme Recteur de l'Université de Paris (1920).

Très prolifique, Appell  s'adonna  à la physique mathématique, mécanique rationnelle en particulier incluant celle de l'espace-temps introduit par Albert Einstein, dont il édita un traité en 5 volumes entre 1893 et 1921.

En mathématiques pures, entre autres sujets, il s'intéressa aux fonctions elliptiques et abéliennes (1885), aux courbes et fonctions algébriques, avec Goursat (Théorie des fonctions algébriques et de leurs intégrales, 1895 - in fine), ainsi qu'à l'analyse complexe où il apporte des résultats novateurs dans le cas de deux ou plusieurs variables.

Appell fut élu à l'Académie des sciences en 1892, section Géométrie. Il dirigea l'illustre académie en 1914. Il fut également membre du bureau des longitudes. Une avenue du 14è arrondissement de Paris porte son nom.

Notions sur les courbes algébriques : Poisson

Polynômes d'Appell (1880) :

Dans une note intitulée Sur une classe de polynômes, Appell définit une suite de polynômes (An) de degré n, portant aujourd'hui son nom, définies par la condition :

 dAn/dx = n.An-1

dont il étudie les propriétés, notamment par addition, multiplication et division. Il montre que ces polynômes sont susceptibles d'engendrer les polynômes d'interpolation comme ceux d'Hermite et de s'appliquer aux séries hypergéométriques mises en lumière par Gauss (1812), séries et fonctions qu'il généralisera à deux variables complexes (Fonctions hypergéométriques et hypersphériques, 1925) et portant également son nom.


Pour en savoir plus :


Véronèse  Bianchi
© Serge Mehl - www.chronomath.com