ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

SCHRÖDER Ernst, allemand, 1841-1902

Après des études en les célèbres universités de Königsberg et de Heidelberg où il soutient sa thèse de doctorat auprès de Hesse (1862),  Schröder enseigna dans diverses Écoles polytechniques de Suisse et d'Allemagne.

Ce logicien consacra la plus grande partie de ses travaux, indépendamment de Frege et avant son célèbre compatriote Hilbert, aux fondements des mathématiques en développant le calcul propositionnel.

On lui doit dans Vorlesungen über die Algebra der Logik (Cours sur l'algèbre de la logique, 1890), les signes et .

Dans le calcul propositionnel le signe ensembliste signifiant la contenance désignait l'implication : p q exprime que si p est vraie alors q l'est aussi. Cette notation n'est donc pas dénuée de logique... Aujourd'hui nous écrivons pq (notation de Bourbaki, noté antérieurement par Hilbert).

Ses travaux seront poursuivis et complétés par Peano et Frege lesquels apporteront l'usage des quantificateurs et le calcul des prédicats (fonctions propositionnelles). Le couronnement de ces recherches sera l'œuvre de Russell et Whitehead (Principia Mathematica, 1910).

La logique d'Aristote :Théorème de Bernstein-Schröder :               Löwenheim


Laisant  Darboux
© Serge Mehl - www.chronomath.com