ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

Ibn al-Hassan ibn al-HAYTHAM  (Alhazen), arabe, 965-1039

Abu Ali al-Hassan (ou Hasan) ibn al-Haytam (ou Haytham) fut astronome, médecin, philosophe et physicien. Il vécut principalement au Caire. Ses travaux portent essentiellement sur la vue et l'optique géométrique dans son Discours sur la lumière.

Source portrait : couverture du livre de Bradley Steffens, "Ibn al Haytham - The First Scientist"

On lui attribue ainsi la première description des lois de la réfraction que prouva Snellius, Descartes et Huygens, exprimant dans son traité que la lumière parvient à l'œil de l'observateur par réflexion et réfraction sur et à travers les objets contemplés.

Connu en Occident sous le nom de Alhazen (issu de son prénom arabe al-Hassan), il fut au Moyen Âge, avec Avicenne en particulier, un des traits d'union entre l'Antiquité et la Renaissance.

Les Arabes et l'Islam :

  On parle de réfraction lorsque la lumière pénètre d'un milieu transparent à un autre qui peut l'être plus ou moins (par exemple de l'air à l'eau ou à travers un prisme de verre). On parle de réflexion lorsqu'un rayon est dévié dans un même milieu par un obstacle.

La réflexion                      La réfraction :

Sur le plan mathématique, Al Haytham commenta les œuvres de nombreux mathématiciens et savants grecs comme Archimède, Ptolémée et Euclide. Il obtient, par exhaustion, des volumes de solides de révolution, résout des équations des 3ème et 4ème degrés par intersection de coniques.

Étudiant le 5è postulat d'Euclide et usant de ce que l'on appelle aujourd'hui le quadrilatère de Sacherri, Al Haytham croit pouvoir prouver, sans le 5è postulat, que si un quadrilatère possède trois angles droits, alors il en a quatre et est donc un rectangle. En fait, sa preuve repose sur une définition du parallélisme équivalente au 5è postulat. On tourne en rond... Ses travaux inspireront cependant Al Khayyam et At Tusi puis, en Europe, les mathématiciens de la Renaissance.

      Axiome de Pasch pour la géométrie euclidienne :

On attribue à Ibn al Haytham un fabuleux projet de régulation des eaux du Nil (sujet aux crues et provoquant des inondations catastrophiques) auquel il renonça devant l'ampleur de la tâche. Rappelons qu'il fallut attendre 1902 pour un premier barrage sur le Nil à Assouan (Haute Égypte).

  Ci-dessus, le barrage d'Assouan (3,6 km de long, 110 m de hauteur) et la centrale électrique (40 milliards de Mégawatts) et ci-dessous, le temple d'Abou Simbel reconstruit en amont du barrage (1963).

Le second barrage, construit à Al Soud al Ali (en amont d'Assouan) par les soviétiques de par la volonté du président égyptien Gamal Abdel Nasser (1918-1970), est un ouvrage pharaonique de par son gigantisme.

Il demanda 17 ans de travaux (1957-1970) et produit eau et électricité. Le Lac artificiel (Lac Nasser) recouvrit en partie les merveilles de l'Egypte ancienne : L'UNESCO subvint aux déplacements non moins pharaoniques des temples (Philae, Abou Simbel) et des populations en amont du barrage.

  Pour en savoir plus  :

  Sur la vie et l'œuvre de Ibn al-Haytham, le livre et le site de Bradley Steffens : Ibn al Haytham - The First Scientist par Bradley Steffens, poète, dramaturge et essayiste américain.

  Concernant le 5è postulat étudié par les mathématiciens arabes :
Les mathématiques arabes du 8e au 15e siècle par Adolf P. Youschkevitch,
Ed. Vrin - CNRS - Paris -1976

  Histoires de problèmes. Histoire des Mathématiques
Commission Inter-I.R.E.M. - Ed. Ellipses - 1993

  Sur YouTube, Gérard Simon (philosophe, historien des sciences) et Ahmed Djebbar (mathématicien, historien des mathématiques arabes), professeurs à l'univ. de Lille, décrivent l'œuvre d'Alhazen : http://www.youtube.com/watch?v=LLCEg6mcGdY


Abu al Wafa  Al-Biruni
© Serge Mehl - www.chronomath.com