ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

OUGHTRED William, anglais, 1574-1660

Brillant élève, Oughtred entre au King's College de Cambridge à l'âge de 15 ans où il étudie la théologie mais aussi les mathématiques. Ordonné prêtre en 1603, ce théologien s'intéressa aux travaux de Viète et contribua à l'amélioration des notations algébriques.

De par ses calculs complexes, il étudia les logarithmes dont il énonça les règles fondamentales comme :

log (a x b) = log(a) + log(b)

et on lui attribue ainsi la paternité (avec son contemporain Gunter) de la première échelle logarithmique et, par là, de la règle à calcul circulaire, constituées de disques concentriques.

Concernant l'invention de la règle à calcul circulaire (vers 1630), un élève d'Oughtred, l'anglais Richard Delamain (vers 1600-1644), qui fut tuteur du roi Charles 1er, construisit des instruments de calcul et contesta à Oughtred la paternité de ladite règle. Ces règles à calcul sont encore en usage dans la marine. Breitling, une marque de montres suisses, conçut en 1944 la Breitling Chronomat (sans h à la fin...) dotée d'une règle à calcul circulaire. Le lecteur intéressé pourra consulter ce site ou bien utiliser une calculatrice scientifique plus récente... :

Dans son Clavis Mathematicae (1631), Oughtred est à l'origine de plusieurs de nos notations usuelles. On lui doit en effet :

  en algèbre :  ± pour signifier « + ou - »   ainsi que  x  (croix de Saint André) pour désigner la multiplication.

  Rahn , Leibniz

Plus tard, dans son traité de trigonométrie (Trigonometria, 1657), il semble être le premier à avoir usé de la lettre π pour désigner le rapport de la circonférence à son diamètre (avant Jones, Euler et Lambert), première lettre du mot grec περιμετρoν (périmêtron) = contour, périmètre, ainsi que des abréviations trigonométriques cos pour le cosinus, cot pour la cotangente.

  Rudolff

On lui doit aussi, dans ce même traité :

Les notations sec et cosec pour désigner les fonctions sécante (1/cos) et cosécante (1/sin) par Abu l'Wafa. Leurs appellations sont dues à Frénicle de Bessy et les notations actuelles à Oughtred.

le signe pour désigner un angle. Cette notation est encore utilisée par les anglo-saxons (Grande-Bretagne, Australie, USA) : une écriture comme ABC désigne ce que l'on note généralement, en France :

: l'angle de sommet B, de côtés [BA) et [BC).

et cette notation est due à Carnot dans sa Géométrie de position.


Metius  Guldin
© Serge Mehl - www.chronomath.com