ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

MÉTON, grec, vers -430

Astronome à Athènes où il avait installé un observatoire sur une des collines (Pnyx, proche de l'Agora de la ville antique. Étudiant les phases de la Lune, Méton affirma qu'il y avait exactement 235 lunaisons en 19 ans.

Cette pensée pythagoricienne -puisqu'en nombres entiers- lui valut grande audience et 19 fut le premier nombre d'or de l'histoire des mathématiques car le cycle de Méton, l'ennéadécaétéride, fut gravé en lettres d'or sur un temple athénien.

Son cycle fut adopté en -433 et persista jusqu'en -331, année où l'astronome Callippe de Cyzique, un élève d'Eudoxe, le porta à 76 ans (quadruple) : la callippique.

Lorsque la Lune, dans sa rotation autour de la Terre, passe "entre" cette dernière et le Soleil, elle devient progressivement invisible (quartiers) dans l'ombre de la Terre.

Méton inventa aussi un héliotrope, appareil servant à étudier les solstices qu'il installa sur la grand place d'Athènes.

 Solstices : époques correspondant aux jours le plus court (solstice d'hiver vers le 21 décembre) et le plus long (solstice d'été vers le 21 juin) de l'année. Du latin sol = soleil et stare = s'arrêter, cette appellation provient du fait qu'à ces deux époques la déclinaison du soleil passe par un extremum et, par suite, semble stationnaire (pendant 3 ou 4 jours).

Le système de Ptolémée et les 19 étoiles (premier anneau intérieur bleu foncé)
 symbolisant le cycle de Méton    
(Bibliothèque Nationale).
Source :
http://expositions.bnf.fr/ciel/catalan/cosmo/mainc91.htm

Ajoutons enfin que dans les Oiseaux d'Aristophane (poète et écrivain satirique grec contemporain de Méton), son nom est cité : Méton y joue le rôle d'un savant peu courageux et débile. Il aurait refuser de s'enrôler dans les armées d'Athènes lors d'une expédition en Sicile en simulant la folie.


Hippocrate de Chio  Archytas 
© Serge Mehl - www.chronomath.com