ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

De POSSEL-DEYDIER René Charles, français, 1905-1974

Après ses études secondaires à Marseille, de Possel entre à l'École normale supérieure (1923) et obtient l'agrégation de mathématiques (1927).

Entreprenant une thèse de doctorat, il part pour l'Allemagne où Göttingen rassemble le gotha des mathématiques mondiales. Il soutiendra sa thèse (1933) portant, en topologie, sur l'existence de prolongements conformes de certaines surfaces de Riemann.

René de Possel (à gauche) en compagnie de Jean Bieudonné en 1935 à Besse-en-Chandesse. Source : Archives Association N. Bourbaki/ Revue Pour la Science, Mai 2000

En 1935, De Possel s'intègre à l'équipe fondatrice de Bourbaki mais, peu fervent d'un formalisme outrancier, il s'en détache l'année suivante d'autant qu'entre temps sa femme l'avait quitté pour André Weil... Professeur à Clermont-Ferrand, De Possel professa 18 ans à Alger (1941-1959) où il rencontra Brelot avec lequel il travailla à la mise en place d'un exposé mathématique rigoureux de la mécanique rationnelle.

Maurice Audin

Par ailleurs, de Possel apparaît aussi, après Borel (et l'illustre Blaise Pascal) comme pionnier dans la théorie mathématique des jeux stratégiques : en 1936, il publie un petit traité intitulé Sur la théorie mathématique des jeux de hasard et de réflexion.

Von Neumann , Berge

De retour en France (1959), de Possel sera nommé à la faculté des sciences de Paris. Il s'intéresse alors à l'analyse numérique et aux méthodes de calcul applicables aux calculateurs. à la fin des années 1940, les premiers ordinateurs apparaissent. En 1946, le CNRS avait créé son centre de calcul mécanique :  l'Institut Blaise Pascal, qui fut dirigé initialement par Louis Couffignal, un des pionniers français de la cybernétique.

Recherche opérationnelle, cybernétique et théorie des jeux :

En 1957, le très renommé géophysicien français Jean Coulomb (1904-1999), agrégé de mathématiques (1926) qui fut "bourbakiste" de 1935 à 1937 (il remplaça Dubreil qui s'était désisté pour manque de temps), est à la tête du CNRS. Il nomme de Possel en remplacement de Couffignal à qui l'on reprocha un mauvais choix dans la conception de ce qui devait être le premier ordinateur français.

Finalement, l'Institut se dota du puissant (pour l'époque) IBM 704 muni d'un coprocesseur arithmétique et du langage FORTRAN (le programme est écrit en clair au clavier et transcrit automatiquement en langage binaire, instruction par instruction, sur des cartes perforées lues à grande vitesse par la machine.

Au sein de l'Institut, de Possel développa et concrétisa des idées nouvelles comme la machine à traduire et la reconnaissance optique de l'écriture dactylographiée (tapée à la machine à écrire).


Pour en savoir plus :


Paul Dubreil  Marie-Louise Dubreil-Jacotin
© Serge Mehl - www.chronomath.com