ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

STAUDT Christian Karl Georg Von-, allemand, 1798-1867

Élève de Gauss au célèbre Institut de Mathématiques Appliquées de Göttingen, fondé par Klein, il étudia les mathématiques et l'astronomie. Il fera toute sa carrière à l'université d'Erlangen (université de Bavière dont la fondation remonte à 1743, issue de celle de Bayreuth créée un an auparavant) où il fut le premier professeur titulaire d'une chaire en mathématiques.

Refusant toute ingérence de l'analytique en géométrie projective et sans doute encouragé par des travaux antérieurs et substantiels de Carnot sur le même sujet, Staudt se propose de la reconstruire sur une base axiomatique exempte de toute métrique pour laquelle la géométrie affine (euclidienne) serait un cas particulier (Geometrie der Lage : Géométrie de position, 1847).

à cette fin, Staudt définit une mesure projective des figures au moyen des coordonnées projectives (également dites homogènes) usant du birapport de quatre points et du concept de quadrilatère complet.

Coordonnées projectives :                     Mais c'est quoi un quadrilatère complet ?.. :

De par son refus de l'analyse et le souci de revenir à une géométrie intuitive mais rigoureuse, von Staudt appartient au courant constructiviste (on parle aussi d'intuitionnisme) principalement initié par Brouwer et  Poincare.

Prix von Staudt :    

Le mathématicien allemand Otto Haupt (1887-1998) fut en 1921 un des successeurs de la chaire de von Staudt à l'université d'Erlangen. A sa mort, à 101 ans, disposant d'une grande fortune, son épouse Edith et son fils créent une fondation à sa mémoire et financent un prix, d'un montant de 25 000 €, récompensant des mathématiciens allemands travaillant au sein d'une université ou un centre de recherche allemands et ayant publié des travaux mathématiques jugés exceptionnels. Parmi les récipiendaires contemporains, on peut citer Don Zagier (théorie des nombres, 2001) et Gerd Faltings (espaces fibrés, cohomologie, 2008).


Sarrus  Gérono
© Serge Mehl - www.chronomath.com