ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

SAMUEL Pierre, français, 1921-2009

Sources éléments biographiques : Journal Le Monde du 29 août 2009, Université de Clermont-Ferrand.

Lorsque Pierre Samuel est admis à l'École normale supérieure, nous sommes en 1940. C'est le début de la seconde guerre mondiale, une partie de l'ENS s'est repliée à Grenoble. Il y suit les cours tout en entrant dans la résistance locale contre l'occupation allemande. Il obtient l'agrégation de mathématiques en 1944, année annonçant la fin du conflit.

Une bourse d'études lui permet alors de préparer une thèse de mathématiques aux États-Unis. Il y rencontrera Chevalley qui deviendra son ami et obtiendra son doctorat à Princeton auprès de Zariski : Ultrafliters and compactification of uniform spaces en 1947.

Dès son retour en France, Samuel fit partie du groupe Bourbaki, dont Chevalley fut un des membres fondateurs, et se lie d'amitié avec Grothendieck. Il participa à la rédaction du Livre VII d'algèbre commutative et soutint une thèse sur La notion de multiplicité en algèbre et en géométrique algébrique (1949).

Nommé alors professeur à Clermont-Ferrand (université Blaise Pascal), il en rénovera le département de mathématiques (aujourd'hui rattaché au CNRS) et conservera ce poste jusqu'en 1961. Samuel intègre ensuite la toute nouvelle université Paris-Sud à la faculté des sciences d'Orsay.

à l'instar de son maître Zariski, Pierre Samuel fut un spécialiste en algèbre commutative (anneaux commutatifs, modules, idéaux), nouvel outil de la géométrie algébrique, et en théorie algébrique des nombres où le concept de "nombre" est étudié dans le cadre général des structures algébriques.

Chasles, initiateur de la géométrie algébrique :                        Structures algébriques :

Professeur très apprécié, membre dans les années 1960 de l'APMEP, Pierre Samuel fut également membre de la Commission Lichnerowicz qui se réunit pour la première fois en 1967 dans le but d'introduire progressivement les mathématiques "modernes" dans l'enseignement secondaire.  On lui doit également (1966) le séminaire d'algèbre commutative portant aujourd'hui son nom.

Les trois amis Samuel, Grothendieck et Chevalley fonderont en 1970, le groupe politique à vocation écologiste, Survivre et vivre, opposé en particulier à l'énergie nucléaire, mais dont l'audience ne permit cependant pas d'atteindre l'impact escompté. Samuel s'associe alors en 1973 aux Amis de la Terre, pour une société plus équitable dans le respect et la protection de l'environnement.

Lichnerowicz et la "réforme" :

 Pour en savoir plus :


Henkin  Yvonne Choquet-Bruhat
© Serge Mehl - www.chronomath.com