ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

RICCATI Vincenzo (Vincent), italien, 1707-1775

On ne le confondra pas avec son père Jacopo Francesco Riccati.
   Portrait sur Médaille (Bologne, 1776) : http://www.arsantiqva.com/it/index.phtml

Théologien jésuite, physicien et mathématicien, Vincenzo est le second fils de Jacopo Riccati. Il fut professeur de mathématiques à Cagliari (Sicile) puis à Bologne.

Ses travaux ont porté sur la résolution de certaines équations différentielles en liaison avec la mécanique, dont celle des fluides : il travailla comme son père aux problèmes hydrauliques des villes de Venise et de Bologne.

Mais on doit principalement à Vincenzo Riccati la mise en place, avant Lambert, de la trigonométrie hyperbolique (Vincentii Riccati, Tomus primus opusculorum, Bologne, 1757). Nombreuses publications en mathématiques et en mécanique (cf. in fine)

La trigonométrie hyperbolique :            étude des fonctions hyperboliques , leurs réciproques | les fonctions circulaires

A l'instar des fonctions circulaires (qu'il nomme lignes trigonométriques et note Cc. et Sc.), Vincenzo Riccati définit les fonctions sinus et cosinus hyperboliques qu'il nota Ch. et Sh. par des considérations d'aires sous l'hyperbole équilatère x2 - y2 = r2.

Il établira de nombreuses formules (duplication, addition, ...) analogues aux fonctions trigonométriques usuelles. L'apogée de ses travaux sera la publication (1765-67), d'un vaste traité de calcul intégral Institutiones Analyticae, écrit en collaboration avec son élève Girolamo Saladini (1731-1813), mathématicien et astronome à Bologne.

Les fonctions trigonométriques classiques, dites circulaires, sin et cos, vérifient cos2x + sin2x = 1 sur le cercle unité (cercle trigonométrique) d'équation x2 + y2 = 1.

Mais qu'est-ce que l'argument a ?    

Ce nombre est défini de sorte que l'aire du contour mixtiligne OAM soit encore a/2 :

Une intégration par parties permet de vérifier que l'aire sous l'hyperbole est mesurée par :

Pour ce calcul, on se reportera aux exercices 5a et 5b en cliquant sur ce lien. Par suite, l'aire du contour mixtiligne OAM sera, par différence :

Dans le cas circulaire, a est le double de l'aire du contour mixtiligne OAP; en décidant de même dans le cas hyperbolique, nous avons donc :

On retrouve ainsi l'expression de la fonction réciproque Arg ch x (Argument ch x) de la fonction cosinus hyperbolique restreinte à x >1 : domaine où xch x est strictement croissant.

Constatant que :

,

on déduit de l'expression de a ci-dessus :

et, par addition : 2x = ea + e-a, mais x = ch a, d'où l'expression fonctionnelle du cosinus hyperbolique :

On établirait facilement :

La tangente hyperbolique correspond au segment de tangente au sommet de l'hyperbole et l'on a :

Courbes des sinus et cosinus hyperboliques :              Courbes des tangente et cotangente hyperboliques :     


Dérivation et comparaison aux fonctions circulaires


Formules Ch nφ, Sh nφ, Cos nφ, Sin nφ  -  le texte surligné Ricati exprime une mise entre ()

En haut de cette page extraite du Quibus utilitas calculi suinuum et cosinuum in infinitesimorum analysi demonstratur, avec r = 1, on retrouve la formule de Moivre.

Les autres formules expriment par exemple :

  • 2Ch nφ = (Chφ + Shφ)n + (Chφ - Shφ)n
    formule obtenue immédiatement si l'on utilise la notation exponentielle car on a eφ = Chφ + Shφ.

  • 2Cos nφ = (Cosφ + iSinφ)n + (Cosφ - iSinφ)n

  Une autre approche de sh et ch... :


  Pour en savoir plus :


Euler  Castillon
© Serge Mehl - www.chronomath.com