ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

LEFÉBURE de FOURCY Louis-Etienne, français, 1785-1869

Natif de Port-au-Prince, en Haïti, Lefébure de Fourcy entre à Polytechnique à l'âge de 16 ans. Répétiteur et examinateur en cette même école puis au prytanée militaire de  La Flèche (Sarthe), Officier d'artillerie et du génie, docteur ès sciences, Lefébure de Fourcy obtient son doctorat (1811) et professa en classe préparatoires dans les grands lycées parisiens. Suppléant de Lacroix en calcul différentiel et intégral à la Faculté des sciences de Paris, il en obtient la chaire en 1838.

Inspecteur général de l'Education nationale, il publia de nombreux ouvrages à vocation pédagogique dont Leçons d'algèbre (1826), Leçons de géométrie analytique (1827), Traité de trigonométrie (1830) et s'intéressa tout particulièrement à la résolution des équations algébriques.

à gauche, Site Gallica de la BNF : Leçons d'Algèbre, extrait d'une page (édition 1845) sur la forme trigonométrique d'un nombre complexe.

Dans ses Leçons d'algèbre (ch. XI, édition de 1845), Lefébure de Fourcy développe le concept précis de coordonnées polaires (dont Jakob Bernoulli et Newton furent les initiateurs) en reprenant une publication de C.V. Mourey (pas d'infos sur ce mathématicien sans doute français), afin de donner un sens précis aux exposants fractionnaires de nombres imaginaires (nombres complexes) évitant toute ambiguïté grâce à la forme trigonométrique de ces nombres :

(...) M. Mourey s'est laissé fortement préoccuper de ces difficultés et il a cherché à en affranchir entièrement l'analyse dans un ouvrage publié en 1828 sous le titre "Vraie Théorie des quantités négatives et des quantités prétendues imaginaires" (...)

  Argand , Wessel , Français , Rouché

Pour en savoir plus :


Brianchon  Binet
© Serge Mehl - www.chronomath.com