ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

LALONDE François, canadien, 1958-

Physicien et mathématicien, docteur es sciences (topologie différentielle), diplôme obtenu à la faculté des sciences d'Orsay (1985), François Lalonde est titulaire d'une chaire de géométrie différentielle et de topologie au département de mathématiques et de statistique de l'université du Québec à Montréal (UQAM).   

Lalonde dirigea l'Institut des sciences Mathématiques du Québec (1996-2000) et fut élu à la société Royale du Canada en 1997. Il est, depuis 2004, directeur du Centre de Recherches Mathématiques (CRM, Montréal), fondé en 1969.

Le domaine de prédilection de Lalonde est ce qu'on appelle aujourd'hui la géométrie symplectique (initiée par Hermann Weyl) et la topologie symplectique, formulations mathématiques de la mécanique issues de la mécanique hamiltonienne et quantique, étudiant certaines variétés différentielles : classification des espaces symplectiques et de leurs structures mathématiques, étude de leurs transformations et de leurs comportements sans déformation (stabilité, rigidité), relations avec le domaine quantique.

  La topologie symplectique, interface fondamentale entre mathématiques pures et physique théorique :   

Dans nos efforts pour comprendre la nature, la physique et les mathématiques sont des disciplines alliées. La théorie de la relativité d’Einstein offre un exemple remarquable de fécondité entre les mathématiques et la physique fondamentale. Elle témoigne du rôle crucial joué par les structures mathématiques appelées « espaces topologiques », c’est-à-dire des espaces courbes de dimension arbitraire dans lesquels se produisent les phénomènes mathématiques.

Aujourd’hui encore, alors que les physiciens s’attellent à une théorie unifiée des forces fondamentales de la physique, ils font appel aux mathématiques, particulièrement aux géométrie et topologie symplectiques, constituant l’une des percées les plus remarquables de la recherche récente en mathématiques.

Ces branches, qui ont pourtant vu le jour il y a plus de deux siècles, font l’objet de travaux considérables de la part de la communauté internationale depuis 1985. Elles se trouvent au confluent de plusieurs domaines des mathématiques (géométrie différentielle, équations aux dérivées partielles non linéaires, géométrie algébrique, topologie algébriquesystèmes dynamiques) et font donc appel à un grand nombre d'expertises.

Source : http://www.dms.umontreal.ca/~lalonde/ 

Pour en savoir plus :


Yoccoz Gowers
© Serge Mehl - www.chronomath.com