ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

Dénombrabilité des nombres algébriques

Selon Cantor, un ensemble infini E est dénombrable s'il est équipotent à l'ensemble N des entiers naturels. Autrement dit, il existe une bijection de N sur E. C'est encore dire, naïvement, qu'il y a "autant" d'éléments dans E que dans N et plus précisément, en termes de cardinaux :

Card E = Card N = ℵo

De plus, toute réunion dénombrable d'ensembles finis ou dénombrable est dénombrable :

Si les Fi (i entier) sont dénombrables, alors leur réunion est dénombrable

Par définition, un nombre algébrique (le terme est d'Abel) est solution (réelle ou complexe) d'une équation polynomiale P(x) = 0 à coefficients rationnels.

Théorie des nombres algébriques :

On ne restreint pas la généralité, en remplaçant "rationnels" par "entiers" : il suffit de multiplier tous les coefficients du polynôme P par le PPMC (plus petit multiple commun) de leurs dénominateurs éventuels.

Un nombre non algébrique est dit transcendant. De tels nombres ont été découverts et étudiés par Liouville. Le corps R des nombres réels n'étant pas dénombrable (Cantor), la preuve de la dénombrabilité des nombres algébriques entraîne la non dénombrabilité de l'ensemble des nombres transcendants. Pour montrer cela, posons :

P(x) = ao + a1x + a2x2 + ... anxn   où les ai sont des entiers relatifs

Lorsque an est différent de 0, le théorème fondamental de l'algèbre (également dit de d'Alembert) permet d'affirmer que P possède n solutions réelles ou complexes, distinctes ou non.

Considérons alors l'entier naturel :

A = |ao| + | a1| + | a2| + ... | an|        (e)

et considérons les cas successifs A = 1, A = 2, A = 3, ... : A décrivant N*.

L'égalité (e) ci-dessus s'interprète comme une équation à n + 1 inconnues entières  |ao| , | a1| , | a2| , ..., | an| et fournit toutes les combinaisons possibles des coefficients d'une équation algébrique. Pour chaque valeur de A = 1, 2, 3, ..., l'ensemble des combinaisons est en nombre fini et chaque combinaison fournit au plus A nombres algébriques.

Il est possible que deux équations distinctes fournissent des solutions (nombres algébriques) égales : collectionnons alors les solutions obtenues lorsque A décrit N* et supprimons, le cas échéant, les solutions déjà collectionnées pour les valeurs précédentes de A.

Conclusion :     

Les nombres algébriques apparaissent comme réunion dénombrable d'ensembles finis, ce qui assure leur dénombrabilité et, par là, la non dénombrabilité de l'ensemble des nombres transcendants.

Dénombrabilité des nombres rationnels :


© Serge Mehl - www.chronomath.com