ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges


Limite selon l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert

 Texte original. Seuls sont modifiés la mise en page, quelques tournures et aspects orthographiques ou grammaticaux.

LIMITE, s. f. (Mathémat.) On dit qu'une grandeur est la limite d'une autre grandeur, quand la seconde peut approcher de la première plus près que d'une grandeur donnée, si petite qu'on la puisse supposer, sans pourtant que la grandeur qui approche, puisse jamais surpasser la grandeur dont elle approche ; en sorte que la différence d'une pareille quantité à sa limite est absolument inassignable.

Par exemple, supposons deux polygones, l'un inscrit et l'autre circonscrit à un cercle, il est évident que l'on peut en multiplier les côtés autant que l'on voudra ; et dans ce cas, chaque polygone approchera toujours de plus en plus de la circonférence du cercle, le contour du polygone inscrit augmentera, et celui du circonscrit diminuera ; mais le périmètre ou le contour du premier ne surpassera jamais la longueur de la circonférence, et celui du second ne sera jamais plus petit que cette même circonférence ; la circonférence du cercle est donc la limite de l'augmentation du premier polygone, et de la diminution du second.

1°. Si deux grandeurs sont la limite d'une même quantité, ces deux grandeurs seront égales entre elles.

2°. Soit A x B le produit des deux grandeurs A, B. Supposons que C soit la limite de la grandeur A, et D la limite de la quantité B ; je dis que C x D, produit des limites, sera nécessairement la limite de A x B, produit des deux grandeurs A et B.

Ces deux propositions, que l'on trouvera démontrées exactement dans les institutions de Géométrie, servent de principes pour démontrer rigoureusement que l'on a l'aire d'un cercle, en multipliant sa demi-circonférence par son rayon (...).

La théorie des limites est la base de la vraie Métaphysique du calcul différentiel. Voyez DIFFÉRENTIEL, FLUXION, EXHAUSTION, INFINI. A proprement parler, la limite ne coïncide jamais, ou ne devient jamais égale à la quantité dont elle est la limite ; mais celle-ci s'en approche toujours de plus en plus, et peut en différer aussi peu qu'on voudra. Le cercle, par exemple, est la limite des polygones inscrits et circonscrits ; car il ne se confond jamais rigoureusement avec eux, quoique ceux-ci puissent en approcher à l'infini. Cette notion peut servir à éclaircir plusieurs propositions mathématiques.

Par exemple, on dit que la somme d'une progression géométrique décroissante dont le premier terme est a et le second b, est :

Cette valeur n'est point proprement la somme de la progression, c'est la limite de cette somme, c'est-à-dire la quantité dont elle peut approcher si près qu'on voudra, sans jamais y arriver exactement. Car si e est le dernier terme de la progression, la valeur exacte de la somme est :

qui est toujours moindre que , parce que dans une progression géométrique même décroissante, le dernier terme e n'est jamais nul, mais comme ce terme approche continuellement de zéro, sans jamais y arriver, il est clair que zéro est sa limite, et que par conséquent la limite de

 est :

en supposant e = 0, c'est-à-dire en mettant au lieu de e sa limite.

Jean le Rond d'Alembert

Notion de suite géométrique dans ChronoMath :


© Serge Mehl - www.chronomath.com