ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

 Petite Chronologie de l'informatique 1979-1989         
      
1943 - 1978 | 1990- | le PC | le Mac

  J. Ichbiah , Gilles Kahn  (site de l'académie des sciences)

Mise sur le marché du SHARP MZ80-K, un micro-ordinateur japonais avec écran graphique N&B, lecteurs de cassettes et Basic intégrés. 48 Ko de RAM : 8100 FF (1230 €), une fortune pour l'époque, mais considéré alors comme très performant par le grand public.

En savoir plus sur le TI99/4A :  http://www.system-cfg.com/pages/texas_ti994a.html                

Introduction, sous l'impulsion de Jacques Arsac (1929-2014), directeur de l'Institut de programmation de Paris,  de l'option informatique au lycée dès la classe de Seconde.

Jacques Arsac contribua énergiquement à l'introduction de l'informatique en France tant dans la recherche scientifique (notamment en astronomie) que dans l'enseignement. Normalien, Agrégé de physique, docteur ès sciences, astronome, il est à l'origine de l'option informatique des lycées en 1980 dans laquelle il s'est profondément investi. Supprimée 15 ans plus tard pour des motifs obscurs alors qu'on aurait dû l'amplifier, l'option se retrouve timidement dans l'introduction à l'algorithmique en classe de seconde en 2009. En terminale S, l'option Informatique et sciences du numérique voit le jour en 2012. Elle s'invitera l'année suivante dans les autres séries. Jacques Arsac était membre correspondant de l'Académie des sciences dans la section Sciences mécaniques & informatique depuis 1980. En mathématiques, dans le cadre des observations l'astronomiques, on luit doit des travaux sur l'approximation des fonctions (séries de Fourier, théorie des distribution).

Communiqué de l'Académie des sciences de Paris, suite à son décès à l'âge de 85 ans :

« Jacques Arsac fuit un spécialiste de l’informatique. En plus de ses recherches, il a particulièrement œuvré pour l'enseignement de l'informatique en France. En 1952, en radioastronomie, Jacques Arsac a étudié la façon dont un réseau d’antennes fournit une image d’un astre, et découvert les réseaux incomplets. Les approximations de l’optique géométrique n’étant plus valables aux grandes longueurs d’onde, il a développé des méthodes de calcul des radiotélescopes et les a utilisées pour le grand radiotélescope de Nançay. Appliquant la théorie de l’approximation des fonctions à la formation d’une image par un instrument d’optique, il a pu corriger par le calcul des images déformées par les aberrations de ces instruments, notamment celle des anneaux de Saturne. À partir de 1956, il a orienté ses recherches vers l’informatique. Il a créé et dirigé le Centre de calcul de l’Observatoire (1959) et a fait des recherches en analyse numérique. Il a ensuite orienté ses recherches vers la méthodologie et la programmation, les méthodes de transformation de programmes, aboutissant aux méthodes de la programmation analytique. Jacques Arsac a participé à la création des maîtrises d’informatique en 1966 et a créé l’option informatique dans les lycées en 1980. Jacques Arsac s’est enfin intéressé à l’épistémologie de l’informatique. »


© Serge Mehl - www.chronomath.com