ChronoMath, une chronologie des MATHÉMATIQUES
à l'usage des professeurs de mathématiques, des étudiants et des élèves des lycées & collèges

PUISEUX Victor Alexandre, français, 1820-1883

Normalien, mathématicien et astronome (sa thèse de doctorat porta sur l'invariabilité des grands axes des orbites planétaires, 1840), il fut tout d'abord professeur à la faculté des sciences de Rennes(1841), puis à Besançon (1845).

L'année suivante à Paris, Puiseux enseigna les mathématiques au collège de France (suppléant de Binet), à l'École normale supérieure et à l'École polytechnique, puis l'astronomie à la faculté des sciences de Paris (1857) suite à sa nomination en tant qu'astronome à l'observatoire de Paris (1855). Il fut membre du Bureau des longitudes (1868) et académicien des sciences (1871) succédant à Lamé.

A Paris, il rencontre Cauchy (auquel il succédera à la chaire d'astronomie du collège de France) et travaille sur l'objet de ses travaux, comme les courbes algébriques, le calcul des résidus, la convergence des développements en séries, les fonctions algébriques d'une variable complexe et les surfaces de Riemann. Ses travaux personnels concernent essentiellement la théorie des développées et des développantes des courbes planes.

Le fils de Victor Puiseux, Pierre-Henri (1855-1928), normalien, docteur es sciences,  fut également astronome et membre de l'Académie des sciences (1912) mais aussi un alpiniste distingué car il fut le premier français à atteindre, sans guide, le sommet du Mont-blanc en 1880.

Rappelons que depuis Liouville, on qualifie d'algébrique toute fonction zY = f(z) d'une variable réelle ou complexe z définie sur un domaine D pour laquelle il existe un polynôme P en z et Y vérifiant P(z,Y) = 0 pour tout z de D. Une fonction non algébrique est dite transcendante.

De par sa définition, une fonction algébrique est donc généralement multiforme (plusieurs déterminations) et Puiseux consacra une partie de ses travaux à l'étude du cas complexe.

Fonction algébrique, fonction transcendante :Nombres algébriques, nombres transcendants :

Pour en savoir plus :


Stokes   Cayley
© Serge Mehl - www.chronomath.com